v2.7.0 (3961)

Enseignement scientifique et technique - UC4-21 : Diversité des systèmes de savoirs et environnement : recherche et applications en écologie et agronomie

Domaine > Sciences Economiques, Sociales et de Gestion, Productions durables, filières, territoires, Gestion et ingénierie de l'environnement.

Descriptif

Depuis le sommet de Rio en 1992, les savoirs locaux et autochtones (SLA) ont acquis une légitimité politique en matière de conservation de la biodiversité. Cette inscription dans la convention pour la diversité biologique a été suivie par une mise à l’agenda des SLA dans de nombreuses règlementations internationales, nationale et locale. Plusieurs évaluations environnementales globales ou régionales ont convoqué les SLA et leurs détenteurs, avec plus ou moins de succès. En Europe comme sur les autres continents, le champ de recherche interdisciplinaire des SLA est principalement porté par la communauté des sciences sociales, notamment les anthropologues, sur des terrains variés allant des communautés autochtones au monde paysan. Pourtant, il intéresse de plus en plus les sciences du vivant, et notamment l’écologie dans ses dimensions appliquées des sciences de la conservation ou de l’ingénierie écologique, et l’agronomie à travers l’agro-écologie. 

Cette rencontre ne va pourtant pas de soi. Pour les chercheurs, étudiants, consultants, chargés de mission, formés par le monde académique – souvent issu des sciences de la vie – travailler avec les communautés locales et autochtones, détentrices de savoirs sur la nature, implique de repenser les cadres dans lesquels sont produits la connaissance. Tout d’abord en adoptant une démarche interdisciplinaire car ce sont surtout les géographes, sociologues et anthropologues qui se sont saisis de ce champ d’étude, et c’est leur méthodologie qui est toujours à la base des enquêtes sur les relations entre les peuples locaux et leur nature.

Ensuite, parce que les SLA sont produits en dehors du monde clos du laboratoire ou des conditions contrôlées au champ, ces savoirs peuvent se heurter à la démarche scientifique dominante en science de la vie. Les mécanismes de validation d’une connaissance ne seront par exemple pas les mêmes. Pour appréhender de façon holiste la relation au milieu d’un groupe social, et donc ses savoirs, il est essentiel de comprendre l’ontologie ou la vision du monde, voire l’éthique qui l’anime.

Enfin, la reconnaissance des SLA revêt, dans certains contextes, une importance politique majeure qui entre en contradiction avec la neutralité prétendue des scientifiques.

Dans une situation de crise et de changements globaux, il est nécessaire de mobiliser les meilleures connaissances disponibles, y compris les SLA qui dans de nombreuses situations sont plus aboutis que la science. Il faut également rester prudent et ne pas avoir une vision naïve des SLA, et donc être capable de les évaluer au regard des problématiques nouvelles et des connaissances nouvelles produites par la science

Il faut donc faire œuvre d’épistémologue et mettre en avant différences et similitudes entre SLA et sciences, afin de garantir la diversité des systèmes de savoirs.

Objectifs pédagogiques

Découvrir le champ des recherches sur les relations nature-culture et les savoirs écologiques traditionnels : des années 1950 à aujourd’hui, de Lévi-Strauss à la co-production des savoirs.

Acquérir une méthodologie pour la collecte et l’analyse des relations entre les communautés locales et leur nature.

24 heures en présentiel

Soit 4 heures de travail global estimé pour l’étudiant.

effectifs minimal / maximal:

10/20

Diplôme(s) concerné(s)

UE de rattachement

domaines ParisTech

Agronomie, Développement-Economie rurale.

domaines Saclay

Sciences sociales.

Format des notes

Numérique sur 20

Pour les étudiants du diplôme Ingénieur AgroParisTech

Le rattrapage est autorisé (Max entre les deux notes)
  • le rattrapage est obligatoire si :
    Note initiale < 6
  • le rattrapage peut être demandé par l'étudiant si :
    6 ≤ note initiale < 12

Le coefficient de l'UE est : 1.5

Pour les étudiants du diplôme Parcours IAE forestier (ingénieur AgroSupDijon)

Le rattrapage est autorisé (Max entre les deux notes)
  • le rattrapage est obligatoire si :
    Note initiale < 6
  • le rattrapage peut être demandé par l'étudiant si :
    6 ≤ note initiale < 12

Le coefficient de l'UE est : 1.5

Programme détaillé

À la suite d’un cours introductif sur les concepts clés et l’historique du champ de recherche interdisciplinaire sur les savoirs locaux et autochtones, trois exposés de 3h seront organisés : deux exemples de recherches sur les savoirs locaux en écologie et en agronomie, et un troisième exposé sur l’épistémologie et les relations entre science et autres systèmes de savoirs.

L’enseignement sera également enrichi par la lecture et la discussion d’articles ou de chapitres d’ouvrages faisant référence, et par une après midi de terrain où les étudiants devront enquêter des détenteurs de savoirs sur la nature, et en réaliser l’analyse.

La dernière séance sera consacrée à la restitution des travaux des étudiants.

Mots clés

Anthropologie des savoirs, écologie, agro-écologie, nature, cutlure, co-production des savoirs
Veuillez patienter